Le jardin d'Alkinoos ou La Vie devant soi
Le jardin d'Alkinoosou La Vie devant soi

Le clos des poules

Comme tout bon citadin qui se respecte, quand nous sommes arrivés sur ce terrain si vaste, j'ai tout de suite eu l'idée d'élever des animaux de basse cour. Pour cela, j'ai acheté un abri bois que j'ai aménagé en poulailler avec pondoir et perchoir. Une dizaine de Leghorns, Sussex et autres Marrans ont fait l'affaire. Nous étions en hiver et les autres espèces telles que dindes, oies et canards devaient attendre le printemps ou l'été pour les dindes. Au tout début, les poules avaient tout le terrain et venaient jusqu'à la maison pour récupérer les miettes de pain. La saison estivale approchant, nous déjeunions sur la terrasse  autour de nous, le chien Doudou, un Golden retriever et la chatte Ficelle et les poules et les ...crottes de poules. Une invasion de moins en moins vivable. Il a fallu clôturer le bas du terrain, d'une surface d'environ 3000 m². Suffisamment grand pour bien vivre. Enfin, nous pouvions vivre sur la terrasse sans mettre les pieds sur les déjections. Chacun chez soi. Ils avaient le gîte, le couvert avec du maïs concassé que je prenais chez mes amis agriculteurs, les frères Remaud de la Charloisière, de l'herbe et de l'eau du petit étang du sud que nous avons fait creuser pour à la fois arroser le potager et faire boire les animaux. Une belle piscine pour les canards et les oies.

Et durant huit ans nous avons mangé nos oeufs, nos poulets, nos canards, nos oies dont l'une était offerte à un  ami pour Noël. Nous faisions également de dindes, animal intelligent qui se laisse apprivoiser aisément, peu farouche, mais très sensible aux courants d'air, au mauvais temps, donc difficile d'élevage. C'étaient des dindes "bronze" d'un poids adulte de 10 à 15 kilos, d'une chair incroyable. Rien à voir avec celle que l'on trouve dans ces grandes surfaces ignobles. Quand on sait que les poulets vendus dans ces grandes surfaces, pas les labels rouges, mais les classes A sont élevés en 35 jours à coup d'antibiotique. Chez nous, il fallait 4 mois. Quatre mois à gambader comme des poulets bicyclettes.

 

 

Ces animaux étaient heureux, bien nourris, épanouis, sauf que dans la nature et malgré les précautions prises, Goupil veillait... Au printemps 2016, sans doute pour nourrir ces petits, la renarde est passée rendre visite au dortoir. Cinq six poules la première fois, puis un second passage huit jours plus tard, et là, ce sont vingt poules. Seuls les canards isolés sur l'étang ont réchappé à ce massacre. Au troisième passage, ils ne résisteront pas. Compliqué dans ce cas de poursuivre. Ce n'est pas en réhaussant le grillage, ni avec des pièges par ailleurs strictement interdits et avec raison. Nous avons donc décidé de cesser l'élevage et de récupérer l'espace pour développer le parc. Surface exploitable, donc: 3000 m² environ. Profitant des engins mécaniques en été 2016, nous avons pré-creusé une bonne vingtaine de trous pour une plantation en décembre. Affaire à suivre...

Le 7 décembre 2016, le camion de la pépinière Chauviré est arrivé, la remorque pleine de 37 arbres, les uns emmaillotés, d'autres en racines nues ou encore en motte. Dès neuf heures, Maurice attendait avec la mini pelle.  Nous avons sorti les arbres par l'arrière du camion et les avons déposé au sol en attendant de les charger sur un plateau.

C'est avec un dumper que nous tirons le plateau vers le clos des poules où la majorité des arbres seront  plantés. Des arbres de belles tailles à l'image de ce magnolia haut de 3 mètres qu'il faut tenir durant le trajet.

Il portait des culottes, des bottes de moto, un blouson de cuir noir avec un aigle dans le dos. Peur de rien aux commandes de ce terrible engin !...

Plantation d'un Pterocarya fraxinifolia soit le noyer du Caucase à croissance rapide, 12 m en vingt ans. Ses fruits ne sont pas comestibles et pendent en épis longs de 40 à 50cm dans un beau feuillage vert

Aux manettes de sa mini pelle, Maurice agit avec dextérité autour des nouvelles plantations.

Parmi la trentaine de nouveautés, je peux citer un acer davidii, l'acer crimson sentry, ce sont des érables, le cedrela sinensis flamingo, un acajou de Chine avec un feuillage rose , un davidia ou l'arbre aux mouchoirs et qui va mettre une dizaine d'années avant de fleurir, un liriodendron tulipifera aureomarginatum, un tulipier au feuillage panaché vert jaune, un prunus serulata shirofugen avec une très belle floraison printanière, un pyrus salicifolia pendula, un poirier pleureur aux feuilles argentées et un port en parapluie. Deux betulas, dont un en cépée et l'autre avec une écorce cannelle. Un charme houblon en cépée avec ses fleurs qui rappelle celles du houblon et un metasequoia qui atteindra ses 60 m de haut à l'âge adulte.  Je terminerai par un prunus maackii amber beauty en cépée avec une superbe écorce et par un sciadopitys verticillata, un pin parasol japonais avec une croissance très lente .

Nous attendrons le printemps pour mettre des photos sur le site. Affaire à suivre

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Comment nous joindre

La Petite Marchandière

85190 Maché

 

Téléphone : 07 87 57 75 82

mail: daniel.voye@orange.fr

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre jardin d'Alkinoos